Le blog de l'expertise en chauffage
10/07/2019

Vers la fin du chauffage au mazout en Belgique ?

Récemment le gouvernement belge a répété son intention d’interdire les chaudières mazout en 2035. Cette décision a pour but de répondre aux exigences du Pacte Énergétique. Alors que va-t-il se passer pour les 1,5 millions de chaudières mazout installées en Belgique ? Est-ce la fin de cette technologie ? Ce n’est pas si sûr…

Emissions de gaz à effet de serre en Belgique

Chauffage mazout interdit en 2035.

Cette interdiction du chauffage au mazout est en effet évoquée depuis l’accord de Paris sur le climat, de 2015. Celui-ci vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de contrer les effets du réchauffement climatique. En 2017, le chauffage résidentiel représentait 13,3% des gaz à effet de serre émis en Belgique. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de cibler celui-ci.

Afin de respecter l’accord de Paris, le gouvernement fédéral a décidé une interdiction de la vente de chaudières mazout à l’horizon 2035. Ainsi, il serait impossible d’acheter une chaudière mazout après cette date.

Une interdiction régionalisée.

Malgré une interdiction fédérale en 2035, les régions ont la liberté sur la date et les conditions d’application de cette mesure. Ainsi, toutes les régions ne procèdent pas à la même vitesse en la matière.

Interdiction en 2021 pour la Flandres

En Flandres : dès 2021.*

En Flandres, 24% du parc immobilier flamand est chauffé via une chaudière mazout. Afin d’accélérer le remplacement de ces appareils, le ministre de l’énergie Bart Tommelein a décidé une interdiction à 2 vitesses :

  • En 2021 pour les nouvelles constructions et les rénovations lourdes (avec permis de construire)*
  • En 2035 pour les habitations existantes

* à date du 1/10/2020, le gouvernement flamand n’a pas encore statué définitivement sur les modalités et la date exacte d’applications de cette annonce.

Interdiction en 2025 pour Bruxelles

À Bruxelles : 2025.

Avec seulement 16% des logements chauffés au mazout, c’est dans cette région que la transition sera la plus aisée. Néanmoins, là aussi Bruxelles songe à une prime, accessible entre 2021 et 2025, pour la désinstallation d’un système mazout.

La Wallonie interdirait les chaudières mazout en 2035

En Wallonie : pas avant 2035.

La Wallonie est la région la plus impactée par cette loi. En effet, près de 50% des wallons se chauffent au mazout actuellement. Cela s’explique par le fait que de nombreuses maisons ne sont pas connectées au gaz. Au vue de la complexité de la situation le gouvernement songe à proposer des aides, voir à faire des exceptions pour les zones les plus reculées.

Mais une utilisation autorisée.

En effet, si la vente de ces appareils sera interdite son utilisation, elle, ne le sera pas. Or avec 35% des logements chauffés au mazout en Belgique cette nuance est importante. Ainsi, il sera prématuré d’enterrer cette technologie.

Les logements belges ne sont pas suffisamment isolés pour les systèmes renouvelables.

Tout d’abord, une chaudière mazout moderne possède une durée de vie de minimum 15 ans. Ainsi, un grand nombre de chaudières pourront toujours être utilisées après 2035. Et cela jusqu’à leur fin de vie, qui peut atteindre 25 ans.

Ensuite, le gouvernement recommande de remplacer ces appareils par des systèmes renouvelables. Or ceci nécessitent des logements très bien isolés. Avec 80% des logements belges antérieurs à 1985 ceci n’est pas le cas. La situation est encore plus critique en Wallonie avec 75% des logements donc le score PEB est égal ou inférieur à E. Ainsi il faudrait prévoir des travaux d’isolation coûteux.

De plus, environ 35% des foyers belges n’ont pas de connexion au gaz naturel. Ce qui fait craindre à ces deniers de devoir passer au chauffage électrique ou au butane. Autrement dit des solutions très énergivores.

Vous aurez encore la possibilité de remplir votre cuve à mazout après 2035.

Enfin il faut aussi prendre en compte le coût de transition. De très nombreux ménages n’ont pas les moyens de remplacer leur système de chauffage. Ou alors il leur faudrait supporter le prix d’un raccordement au gaz. Enfin, il faut aussi ajouter à cela le coût de l’évacuation de la citerne de mazout ou sa neutralisation.

Conclusion.

Si l’interdiction du chauffage au mazout sera effective en 2035, il demeure quand même de nombreuses inconnues que le gouvernement et les régions doivent régler. De plus, dans certains cas, très peu de solutions autres que le mazout sont économiquement possibles.
En définitive le chauffage au mazout n’a pas encore dit son dernier mot.

Enfin, les manufacturiers continuent d’investir dans ces technologies, comme indiquée dans notre article : Quel futur pour le chauffage au mazout ?


Ainsi, Buderus propose toujours au sein de sa gamme des chaudières mazout. Réputé pour son savoir-faire et la qualité de ses produits, il vous est possible de remplacer votre ancienne chaudière avant que l’interdiction soit effective et ainsi maximiser votre consommation d’énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *